Pour ou contre les monnaies locales ?

Publié le Laisser un commentairePublié dans Questions de la semaine
De quoi parle-t-on ?

De plus en plus de collectivités se tournent vers les monnaies locales pour redynamiser leur économies.  Ainsi depuis 2011, on a vu émerger une quarantaine de monnaies initiées soit par des associations, soit par les localités, comme c’est le cas à Nantes.

Leur fonctionnement est simple afin d’attirer les utilisateurs : le SoNantes, la Muse ou les Abeilles ont la même valeur qu’un euro et les consommateurs n’ont qu’à venir échanger la monnaie européenne avec cette monnaie locale dans des comptoirs agréés par les associations ou collectivités responsables.

Le but est de redynamiser l’économie locale puisqu’elles fonctionnent principalement dans les commerces de proximité, certaines associations ont même volontairement exclu la grande distribution ou des entreprises avec des pratiques non responsables du système.

Ces monnaies sont des monnaies d’échange et ne peuvent pas être épargnées dans le but de relancer la consommation. Certaines d’entre elles sont d’ailleurs fondantes, c’est-à-dire qu’elles perdent de la valeur au cours du temps : les consommateurs sont ainsi fortement incités à les utiliser le plus vite possible. Les commerçants sont particulièrement friands de ce genre d’initiative : un artisan de Villeneuve sur Lot a vu son activité doubler depuis qu’il vend en « Abeilles ».

Les détracteurs de ces monnaies pointent cependant du doigt le risque de fraude fiscale à cause de l’opacité du système.

Pour plus de renseignements, lisez cet article.